Hommage à Jack Ralite

« Souvenons nous de l’avenir » Louis Aragon
Jack Ralite était de ceux qui rendent l’avenir possible.

J’ai rencontré Jack Ralite en 1987 lors des toutes premières réunions de ce qui allait devenir les Etats Généraux de la Culture dans la petite salle de la MC93 de Bobigny.
Sa mort m’a plongée dans un profond désarrois car cet homme a changé ma vie. Il m’a aidée et accompagnée à devenir celle que je suis aujourd’hui.
Il était pour moi l’incarnation du courage politique, de l’amour des artistes et du théâtre, il avait une foi inébranlable en l’homme. Il redoutait ces derniers temps que l’humanité ait à faire face au processus de sa propre ré-humanisation, il était triste de constater que la culture et la santé publique n’étaient plus au cœur de la société française mais il avait toujours cette flamme dans le regard et dans le cœur qui le rendait, à mes yeux, si vivant.
C’est tout naturellement que je lui avais demandé d’être membre d’honneur des Compagnons de Jeu aux côtés de Jean-Luc Nancy, et c’est tout naturellement qu’il avait accepté.
Il me manque déjà.
Tous les Compagnons de Jeu avec moi le saluent.

Julie brochen

Jack Ralite est né le 14 mai 1928 à Châlons-sur-Marne (actuel Châlons-en-Champagne, département de la Marne).
Il est mort le 12 novembre 2017 à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Il adhère au PCF en 1947.
Journaliste au quotidien l’Humanité, chargé des pages « culture » de l’édition dominicale, il est élu au conseil municipal d’Aubervilliers en 1959, et devient adjoint d’André Karman.
Député communiste depuis 1973, Jack Ralite entre au gouvernement en juin 1981, devient ministre de la Santé puis de l’Emploi, dans les 2ème et 3ème gouvernement de Pierre Mauroy, de 1981 à 1984.
En 1984, il prend la tête de l’administration municipale d’Aubervilliers et siège au conseil régional d’Ile-de-France de 1986 à 1992.
Il est élu sénateur le 24 septembre 1995 puis réélu le 26 septembre 2004. Il démissionne en 2003 de la mairie d’Aubervilliers au profit de Pascal Baudet mais demeure conseiller municipal.
Homme de culture, spécialiste reconnu des questions culturelles au Parlement où il siège au sein de la commission aux affaires culturelles, il s’engage pour l’exception culturelle et contre les accords de libéralisation de commerce, projet d’Accord Multilatéral sur les Investissements (AMI) à l’OCDE et AGCS de l’Organisation mondiale du commerce.
On lui doit d’avoir organisé, avec Carlo Ossola, la rencontre, à Aubervilliers, entre les élèves du Lycée le Corbusier et des professeurs du Collège de France autour des grands textes de la littérature mondiale.
En sa qualité de ministre, il inaugure le 13 juillet 1984 en compagnie de Louis Mermaz et Christian Nucci, le musée de la Révolution Française ;
Animateur des Etats généraux de la culture depuis 1987, et président des Carnets Bagouets depuis 1997, il siège aux conseils d’administration du Théâtre du Peuple depuis 1999, du Festival Paris Quartier d’été depuis 1996, de la Cité de la musique entre 1999 et 2006, du Théatre National de la Colline, de l’Ensemble intercontemporain depuis 2002, du Centre des monuments nationaux de 2004 à 2008.
Il est aussi membre du haut Comité pour le logement des personnes défavorisées, du Conseil national de l’innovation pour la réussite scolaire, et de la Fondation Agir contre l’exclusion.
Il est enfin Membre d’honneur des Compagnons de Jeu.

Dites quelque chose

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *